Archive Newsletter

Ecrite le vendredi, 16 janvier 2015

La Bourse du Bon Argent se dévoile ...

Chers lectrices et lecteurs fidèles,

Me voici de nouveau parmi vous, cette fois-ci avec le sourire  Sourire puisqu'il s'agit de vous dévoiler les secrets de La Bourse du Bon Argent et vous faire enfin découvrir les complices qui ont accepté de tenter l'aventure.

Dans son message de voeux, Le Bon Argent évoquait "deux financiers au grand coeur", oui mais pas seulement... "aux grandes compétences aussi". Jugez-en par vous-même !

Actualité oblige, l'heure est aux Fous de Dieu. Il pourrait tout autant être question des Fous d'Argent qui n'ont de Dieu que l'Argent et qui bien souvent alimentent les premiers. Je ne vous apprends rien bien sûr.

Le Bon Argent est aux antipodes de son "Adversaire". Il sait combien l'humanité a besoin de douceur, de bienveillance, de partage et combien il peut l'aider à combler ses manques.

Il est très content aujourd'hui d'avoir lui aussi sa bourse pour se rendre utile et faire sa part de colibri. Il espère bien apporter un peu de lumière dans l'obscurantisme ambiant chez ses consoeurs (qui n'ont rien d'âmes-soeurs, il tient à le préciser). Il voit rouge lorsqu'il entend les applaudissements qui suivent chaque séance boursière au pays de l'Oncle Sam. Vraiment pas de quoi être fier de s'enrichir en appauvrissant des populations entières !

Bernard Lietaer, ancien haut fonctionnaire de la Banque Centrale de Belgique, fervent défenseur des monnaies complémentaires, définit dans son livre "Au coeur de la monnaie" l'argent yang et l'argent yin. Comme quoi, l'argent est bien une énergie qui mérite que l'on en prenne soin. Alors que le premier appelle à la compétition et l'accumulation, le second favorise la coopération et la circulation. Vous l'avez bien compris, Le Bon Argent est l'argent yin par excellence. Il coopère, donne, partage et s'investit dans l'économie réelle.

Avant d'aller plus avant, je préviens. Le Bon Argent parle souvent de ces sentiments que l'on a l'habitude de taire parce qu'ils renvoient à deux mot à la mode, "angélisme" et "bisounours" qui à eux seuls ont le pouvoir de mettre un coup d'arrêt à l'expression de la sensibilité et du coeur. Pourtant, le monde auquel nous aspirons sera sensible ou ne sera pas et le Bon Argent sait que rien ne sera possible sans lui. Il sait aussi que rien ne sera possible sans l'adhésion de celles et ceux qui ont leur bas de laine bien rempli, et espère bien les attirer dans son escarcelle en leur faisant voir tout ce qu'ils ont à "gagner" s'ils acceptent de le suivre.

Permettez-lui donc ce qui pourrait être considéré par certains comme un "abus de langage".

Il ne saurait Etre autrement : Le Bon Argent trouve sa source dans l'Etre auquel il se soumet dans ses exigences de conscience, de coeur et d'harmonie intérieure.

Il ne pourrait également en être autrement : Le Bon Argent a bien l'intention de s'adresser à la jeunesse pour lui faire découvrir ses bienfaits et lui enseigner le bon usage de l'argent ou plutôt l'usage du bon argent. Et c'est en s'adressant à sa sensibilité et son bon sens -les deux étant liés- qu'il espère y parvenir.

Le monde aurait d'ailleurs bien besoin de retrouver son âme d'enfant afin de construire un monde doté précisément de sens et de sensibilité, dans le respect des lois fondamentales de la Vie souvent niées par le cerveau humain par pure ignorance de ce qu'elles sont.

Les coeurs sont baillonnés. Ils ont besoin d'aimer, de donner, de partager. Là est leur Essence. Pour preuve, leur bonheur lors de la récente Marche de l'Union. Qu'en est-il de leur "liberté d'expression" ? La question fait débat. J'ose y mettre mon grain de sel pour tenter de le rendre meilleur. Exercice fructueux que celui qui consiste à dialoguer avec son coeur, surtout lorsque l'argent est en jeu. Le Bon Argent peut y aider.

Il est source de joie et de paix car il permet de se réconcilier avec soi-même dans son rapport à l'argent, rétablissant ainsi l'entente entre l'Etre, l'Avoir et le Faire.

Avec le Bon Argent, l'argent ne règne pas en maître dans les choix de vie.

Il veille bien sûr au mieux-être de celles et ceux qui n'ont rien ou pas grand chose en appelant au don et au partage, mais pas seulement ...

Il veille également au bien-être de celles et ceux qui en ont en donnant la priorité à ce qu'ils sont avant de s'intéresser à ce qu'ils ont et font. L'argent qui devrait conduire à plus de liberté souvent emprisonne. Combien d'actes posés en sacrifice de nous-mêmes, de notre confort intérieur, tout simplement parce que l'on n'ose pas remettre ce maître tout puissant à sa juste place d'instrument au service de notre bien-être (éloigné souvent de notre bien-avoir) ! Que de culpabilité mal placée ou emmagasinée souvent sans justification ! Je peux en témoigner ... En trente ans de finance et de gestion de patrimoines, une multitude de portefeuilles rencontrés, d'Etres humains aussi ! Et quelle galère bien souvent pour les amener à faire bon ménage !

Et puis j'aimerais évoquer une devise souvent reprise de nos jours avec l'appel au bio. "Nous sommes ce que nous mangeons". Je dois bien avouer que j'ai du mal à m'identifier à mon seul corps, fût-il bien nourri. Nous sommes également (et bienheureusement) ce que nous pensons avec notre esprit et ce que nous ressentons avec notre coeur. Ces constituants essentiels de notre être ont aussi besoin de nourritures saines. Le Bon Argent en est une.

C'est d'ailleurs ce qui fait dire à mon ami Pierre (Rabhi) "On peut manger bio et exploiter son voisin", que je complèterai en prêchant pour ma paroisse, avec son approbation sans aucun doute :

"On peut manger bio et avec son argent, exploiter son voisin, son prochain et soi-même".

J'espère être à la hauteur pour faire rayonner ce bel argent auprès des grands et des petits et remercie chaleureusement Jérôme et François d'avoir accepté de m'accompagner dans cette "bonne aventure". Pas facile pour une âme d'enfant de gagner la confiance de pros de la finance !

Ils ouvrent la voie. Puissiez-vous à votre tour vous laisser séduire par sa belle énergie et le faire connaître à vos amies et amis ! Ils aimeront sûrement puisque "qui se ressemble s'assemble" n'est-ce pas ?

En guise de conclusion, une note d'espérance en évocation de l'ouvrage de Jean-Claude Carrière intitulé "L'argent, sa vie, sa mort" que je m'amuse à reprendre en l'agrémentant à ma sauce ...

"L'argent, sa vie, sa mort ... Vive Le Bon Argent !"

Merci de votre implication pour que ce qui n'est aujourd'hui qu'un voeu puisse devenir Réalité.

Bien sincèrement,

Josette Amor

06 13 24 73 58

Cliquez ici pour ne plus recevoir de mails


Accès aux archives des newsletters